Le Seigneur des Anneaux, Le Jeu de Role

Jeu de stratégie, de géstion et de bataille!
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Girion Roi d'Eothéod et Seigneur de Maethelbourg

Aller en bas 
AuteurMessage
Girion
Seigneur de l'Eothéod
avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Age : 27
Faction : Royaume d\'Eothéod
Titre : Seigneur du Royaume dEothéod
Fief : Maethelbourg
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Girion Roi d'Eothéod et Seigneur de Maethelbourg   Jeu 15 Nov - 20:26

Prénom : Girion

Peuple : Eothéod

Race : Homme

Age : 35 ans

Grade : Seigneur de Maethelbourg et roi de l'Eothéod

Description Physique et mental :

Girion est dans la pleine force de l’âge, le bras puissant, les hanches larges, les traits marqués, sa parenté avec la maison de Hador et la rudesse du pays transparaissent sur son visages. Ses cheveux bruns cachent un visage endurcit par les nombreux raids dans les Monts Brumeux. Sa simplicité vestimentaire est le reflet de son caractère raisonné et naturel.

Entreprenant, son enthousiasme rayonnant peu parfois apparaître comme de la vanité. Sa passion pour les sciences économiques et astronomiques fait de lui un roi instruit à la langue acérée qui prend souvent part aux médiations entre les états. Les années lui ayant appris la sagesse, il préfère la négociation à la guerre, mais laisse son instinct guerrier prendre le dessus si la patrie est en danger.

Historique :

Eothéod, grand royaume du Val d’Anduin qui s’étend de Carrock jusqu’aux champs aux Iris. Cerné par la forêt de Thranduil et les monts brumeux, cette région était propice pour les hommes descendant, du peuple de Hador, qui s’y installèrent. Ces hommes, se nourrissant de leur passion pour les chevaux, peuplèrent les plaines du Val d’Anduin et y construisirent la ville de Maethelbourg, sur les rives de l’Anduin. Ce peuple vivait en harmonie avec la nature, et la défendait contre les horribles hordes d’êtres dégénérés sortis tout droit des profondes entrailles des Monts Brumeux. Ces hommes du Nord, fière, puissants, rudes, avait établi d’étroits liens aves le Gondor puissance militaire et politique de l’époque qui refoulait les invasions du Mordor.[/size]

C’est dans cette région, dans la ville de Maethelbourg que naquit le fils d’un général de la puissante cavalerie du pays. Girion vécu toute sa jeunesse au près de son père car les attaques gobelines de l’ouest s’était déjà calmé depuis quelques dizaines d’années et le général gardait tous le temps libre qui lui restait à l’éducation de son fils. La passion des chevaux qui avait guidé cette homme tout au long e sa vie et lui avait permis d’atteindre cette place avait allumé une étincelle dans le cœur du jeune Girion et c’est ainsi que le jeune homme se lança dans une carrière militaire.

Ses précepteurs lui apprenaient autant l’art du combat que l’équitation où il surpassait ses maîtres que la culture et les lettres ainsi que la rhétorique pour laquelle il manifestait un grand intérêt. Dès que son père rentrait, le jeune homme avait encore gagné en agilité et en force ainsi qu’en intelligence et en perspicacité. De plus, les histoires de batailles que lui racontait son père alimentaient son désir de combattre.

Girion devenait un jeune homme puissant, digne de ces ancêtres et digne d’être un cavalier du nord. C’est ainsi qu’à l’âge de 18 ans, il partit en campagne avec son père au grand regret de sa mère qui ne voyait toujours pas en lui le cavalier, le puissant guerrier du nord, qui gardait une image chétive de son enfant qu’elle chérissait plus que tout au monde.

Durant cette campagne, le jeune homme brilla au près de ses compagnons par sa bravoure et par son ardeur a combat, exterminant autant d’ennemi que trois hommes. Il rentrait en transe durant les combats et sa rage ne s’arrêtait que lorsque sa soif de sang était étanchée. Chaque bataille était un nouveau défi pour le jeune homme qui voulait toujours plus de sang. Mais un jour, alors que son père, en stratège avait fait reculé ses cavalier face au troll adverses qui descendait le flanc de la montagne pour en exterminé un maximum par les tires de volées, Girion partit seul se battre contre cette horde de troll des cavernes qui d’un sel coup de masse pouvait briser le coup d’un cheval.

Son père partit alors avec d’autres cavaliers pour tenter de rattraper son jeune fils aveuglé par la fureur. Oubliant toutes les règles de bases d’un combat, le général lança sa cavalerie tête baissé contre les trolls qui décimèrent toute la compagnie. Le général parvînt tout de même à sauver son fils des griffes de l’ennemi, les deux inconscients ne devant leur vie sauve qu’à la vélocité du cheval qui avait du sang de méharas dans ses veines.

Le soir au camp de base, le général et son fils purent constater l’ampleur des dégâts. La moitié de l’armée avait été perdue par la simple faute du jeune homme. Tous le monde avait Girion en horreur, lui qui brillait devant les hommes de son royaume lors des précédents combats venait de tuer autant de ses compagnons qu’il n’avait déjà tué de gobelins.

Contemplant la catastrophe qu’il avait causée, le jeune homme partit pendant la nuit se réfugier dans les montagnes. Son père le fît chercher par ses pisteurs, mais ces derniers ne mettaient que peu de cœur à l’ouvrage et malgré de vaines tentatives on ne revît plus le jeune homme jusqu’à son 30ème printemps où l’on vit arriver aux portes de Maethelbourg un jeune homme meurtri par le froid, ne tenant sur l’encolure de son cheval que par la volonté de ce dernier. Les gardes le ramassèrent et l’emmenèrent à l’infirmerie croyant que cet homme était un rescapé de la guerre car il avait une flèche plantée dans la cuisse et une importante entaille au niveau des côtes.

C’est alors que le général qui était désormais devenu général en chef des armées, malgré ses erreurs passé, grâce à son charisme et à l’amour de celui-ci pour ses soldats. C’est alors que croyant venir féliciter un soldat ayant bravé le froid, les orques et la maladie pour revenir en sa ville natale, il découvrit le visage de son fils meurtri par les années que celui-ci avait passé seul dans les Monts brumeux, se battant tous les jours pour sa survie. Il devait d’ailleurs encore une fois sa vie à son cheval qui lu était resté fidèle jusqu’au bout et l’avait ramené à sa ville natale.

Quand Girion fût rétablie de ses blessures, il partit discuter avec son père sur ses année passées seul à méditer sur se fautes. Il était désormais devenu sage et ne souhaitait pour un pays que la prospérité plutôt que la guerre qui l’avait perdu dans la folie. Il conta aussi toutes les batailles qu’il avait du mener à l’aide de son fidèle destrier pour réussir à survivre. Sa haine contre les gobelins et autres créatures maléfiques des montagnes n’avaient donc pas diminuée, mais c’était le caractère de l’homme qui avait changé.

Il avait mûri et était désormais prêt à prendre le trône de L’Eothéod car tous le reconnaissaient après tous ces exploits comme leur unique souverain, le précédent roi étant trop vieux pour régner.

C’est ainsi que Girion devînt roi d’Eothéod, faisant bénéficier de sa sagesse à son pays, des dons de son père à son armée et de ses expériences à la jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Girion Roi d'Eothéod et Seigneur de Maethelbourg
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» le trone du seigneur demon!
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Un mod du seigneur des anneaux
» Mini Jeu le Seigneur des Anneaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux, Le Jeu de Role :: Règles :: Personnages-
Sauter vers: